AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Désormais, merci d'envoyer un MP (soit via Alan, soit via Chaat ou via Sealiah) pour que l'on vous ajoute dans une chambre. Vous ne pouvez pas la choisir, sauf si vous expliquez pourquoi vous voulez réellement vous retrouver dans telle chambre.
Nous recherchons activement et en priorité des Hunters. Alan
Les fiches pouvoirs viennent d'être ajoutées et elles sont obligatoires ! Vous devez créer et remplir celle de votre personnage !

Ayant beaucoup trop de personnages dans les Immortals et pas assez dans les autres catégories, les Immortals sont fermés temporairement ! Nous vous demandons donc de privilégier les Magical Creature, les Hunters, les Paranormal et les Magician ! Merci ! :D Alan

Partagez|

You'll kill someone one day. | LIBRE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Adrian A. von Lok
Admin Correcteur
Admin Correcteur
avatar
Messages : 83
Localisation : Chez Danton, le génial politicien révolutionnaire.
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 5163 ans
Armes :
Surnom: /
MessageSujet: You'll kill someone one day. | LIBRE. Sam 9 Avr 2016 - 11:55


Don't.

Quelques semaines, un voire deux mois tout au plus qu’Adrian Alexander von Lok s’est retrouvé à croiser monsieur Hunter, et c’est déjà le bordel. Où ? Partout. C’est un démon, après tout. Il a un don pour foutre le bordel. Mais là, c’était juste… L’apocalypse, rien que dans sa tête. Les humains le fatiguent mais CELUI-LÀ, AAAAh, celui-là ! Atroce. Pire. Humain. EVER. Il était rarement, très rarement troublé, mais lorsqu’il l’était…

C’est donc dans l’optique de se bourrer la gu-se changer les idées que monsieur démon s’est rapidement retrouvé…. perdu. Oui, perdu. Genre perdu-perdu. Genre "je sais pas où je suis c’est quoi ce bordel quelqu’un s’il vous plait". Perdu, quoi. Il aurait pu faire n’importe quoi ! Retourner aux Enfers faire un rapport, tuer des gens, partir faire les courses, mais non… Non, il se retrouvait au milieu de cette fête foraine de me*** totalement détruite, délabrée, pas du tout en état de m-… Ces montagnes russes, là.. OK, elles grincent, mais les wagons ont bougé, non ?

S’approchant, le démon lâche un soupir de… de rien. C’est chiant les humains, oh la la… Et sans même chercher, il retombe sur une vieille connaissance, qu’il a aidée et qui l’a aidé par la suite. Un petit noir corbeau, les cheveux en bataille, avec son sourire stupide, ses yeux vert fendus, son sac en bandoulière tellement rapiécé qu’on se demande comment il tient, sa sacro-sainte casquette… Idiot de Luth. Le démon s’avance plus près et sent le gamin se jeter sur lui et le serrer FORT.

Du calme….
- LEEEEX !
- … Je venais pour du calme.

Ce sale gosse, lui aussi. Décidément. Ils se sont rencontrés lors de la première guerre mondiale. Lui allemand et le plus petit italien, dans le même camp. Normal. Étant un démon, les guerres c’est comme le cinéma en 3D pour lui, ou plutôt pour eux. Avant même qu’il puisse réagir, le démon l’a attrapé par le poignet et traîné dans l’un des wagons, lançant la machine. Totalement indifférent aux attractions, Adrian se rend bien compte que ce n’est pas du tout la même chose venant de Luth, et voir le plus petit s’éclater à ce point lui arracherait presque un sourire. Oui monsieur, Adrian qui sourit, c’est collector.

Le gérant improvisé du parc met un terme à leur balade vers le point le plus haut du circuit, et avant que l’informateur ne se pose de question, montre un tronçon plus loin… Totalement manquant. Bien, il a donc bien fait de les arrêter ici. Luth s’installe sur le bord des rails, assis, et fait signe à son ami de le rejoindre.

Alors ?
- Alors quoi ?
- Pourquoi t’es là ?

Un lourd silence s’en suit et la boule d’énergie en profite pour sortir de quoi faire un pique-nique de son sac. Parfois, Adrian se demande s’il est con, mais comme il l’aime bien, celui-là, il se retient de demander. Le petit corbeau peut être vachement susceptible quand il s’y met, mais Alexander sait où frapper quand il l’emmerde trop.

Lex ?
- …
- Lex ! Raconte !
- ….
- Me dis pas qu’c’est un humain ?

Les yeux acier de l’informateur se lèvent sur son ami, le fusillant du regard. Bordel, comment il fait, cette espèce d’idiot ? Premièrement surpris de voir que son collègue réagit, le sourire de Luth ne s’en fait que plus brillant encore

Aha !
- … Ferme-la.
- Ouais ouais~
- Tu veux qu’on parle de Klauss ?
- … Un point partout.

Adrian roule des yeux, agacé et amusé à la fois, puis prend une rasade de whisky. il ne veut même pas savoir d’où ce PAUVRE tire cette bouteille. Puis, mis à mal par ce sourire à la con, il finit par lâcher à demi-mot.

Je ne sais pas comment il va, alors ne pose pas la question.
- …. Tu veux d-
- Je veux dire que je n’en sais rien.

Et si LUI ne sait pas quelque chose, il y a un problème. Même si son frère est un petit connard pourri-gâté en puissance, c’est tout de même son frère, et il se tenait régulièrement au courant de comment Klauss se porte. Jusqu’au mois dernier. Plus aucune lettre, rien. Bon, il n’avait pas bougé son cul jusqu’au manoir familial parce que ça lui aurait coûté beaucoup plus que sa fierté et son self-control, mais… Mais me***. Ne semblant pas le croire, Luth commence à rire de manière incontrôlé. Rire nerveux. Adrian peut voir tous ses muscles trembler sous l’effort…

Toi ? Ne PAS savoir quelque chose ? J’suis sûr que tu pourrais avoir la couleur d’mon cal’çon !
- Liuto, j-
- Tu m’fais marcher, hein ?

Sans répondre, il attire le sale oisillon contre lui et le serre fort, caressant ses cheveux. S’il avait su, à un moment dans sa "vie", que son meilleur ami serait tombé amoureux d’un idiot comme son frère… il n’aurait sûrement pas cru ses propres informations. Et c’est en le sentant pleurer dans sa veste qu’il se sent étrangement de trop. Ce genre de situation, de sentiments, comme ça, lui est totalement inconnu. Puis un détail le frappe (PAF).

… Liuto, qu’est-ce que tu fais là ?
- J’suis en permission… Alors j’voulais t’voir.

Parce que oui, le temps où on fait les cons en mode "oh la la, je suis un démon majeur, j’ai donc le droit d’aller soustraire mon meilleur ami à son travail pour aller faire de la me*** chez les humains" c’est fini depuis un bail. À cette époque, Adrian avait toujours cet air sérieux, renfermé, il était même… ouais, pire. Bien pire, "grâce" à l’influence de ses merveilleux parents, et c’est CE gars qui l’avait aidé. Alors ils avaient fait beaucoup de conneries ensemble, mais leur travail étant irréprochable de l’autre côté, personne ne pouvait réellement leur reprocher d’être ce qu’ils étaient à l’époque : des adolescents. Et là… Voir son cadet comme ça le… ça le retourne un peu. Est-ce qu’Altus pleurerait comme ça ?…. C’est quoi cette question pourrie ?! Grimaçant dans les cheveux teints du messager, Alexander soupire imperceptiblement en le laissant se moucher dans ses vêtements. Il lui doit bien ça.

Une bonne demi-heure plus tard, la respiration de Liuto se fait plus calme, et Adrian relâche légèrement sa prise. Il s’est endormi, c’est le moment de redescendre. Le brun soulève son ami sans problème, le portant soigneusement contre son torse -et pas son dos-, une main dans ses cheveux. Meh. C’est un peu comme si c’était son gamin. Heh.

Sans plus perdre de temps, l’informateur serre son petit corbeau plus fort et le cale sous son manteau le long du trajet. Il peut sentir le souffle de l’endormi contre son épaule, et ça a quelque chose de.. rassurant. Arrivé devant chez lui -après s’être fait dévisager par beaucoup de monde, forcément- Adrian retire les bottes de son ami et le laisse dormir dans son lit, partant plutôt poser son manteau, se déchausser, fermer la porte à clé et faire du café -italien, et serré- pour l’endormi. Son idiot de frère va finir par tuer tout le monde autour de lui.
© Adrenalean pour Epicode


________________________
Huh...:
 

Gotta click'em all !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Age : 27
Localisation : QG des Hunters
Date de naissance : 17/03/1990
Date d'inscription : 06/09/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 25 ans
Armes :
Surnom: Papa
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Sam 9 Avr 2016 - 16:59



Mission évasion !


Je suis dans mon bureau. Comme d’habitude. Et je regarde dans le vide, mon stylo à la bouche. J’me fais chiiier… Ces abrutis ont resserré leur surveillance… Je souris en coin. Un challenge ? Carrément ! En plus, ça me fait marrer, c’est comme un entrainement pour eux ! Je leur rends service ! Je pousse un soupire et regarde l’immense pile de paperasse sur le coin de mon bureau. J’enfouis mon visage dans mes bras, désespéré.
Pourquoi… pourquoi ça devait être moi…pourquoi je n’ai pas un grand frère…pourquoi je suis fils unique… Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi Lui…? Je me frotte les cheveux, frustré. Pourquoi est ce que j’ai envie de le voir ?! Je suis père de famille ! J’ai deux enfants à charge et les connaissant, je suis sûr qu’ils me tueraient sans scrupules s’ils étaient au courant… Je rigole nerveusement. Ils sont tous les deux effrayants. Heureusement qu’ils me sont un peu ( ?) reconnaissant de les avoir recueillis… En fait j’en sais carrément rien mais je l’espère un peu quand même, haha.
Je me redresse et regarde la pile de documents et en prends un. Je le lis en diagonale. pu**** quand c’est chiant ! Je le pose et me redresse violemment, faisant un grand bruit avec mes mains sur le bois. J’en ai marre !! Je vois la porte de mon bureau s’ouvrir et un regard assassin me fixe. Je déglutis et me rassoit calmement. Ils sont effrayant là… La porte se referme et je me blottis à nouveau dans mes bras.
Je suis pathétique, il me fait c*ier, j’ai envie de le tuer chaque fois que je le vois mais je n’y arrive pas… Il me regarde avec ses yeux gris affreusement intrigant, il n’a aucune émotion. A chaque fois, j’ai envie de poser mes mains sur ses joues et les bouger dans tous les sens pour crée des expressions sur son visage… pu****… à force de penser à lui j’ai envie de le voir encore plus… Et puis…je me souviens de la dernière fois… Je fronce les sourcils et me redresse pour passer mes mains sur mon visage. pu****…pourquoi fallait-il que ce con embrasse bien ?! J’avais le cœur qui battait à toute vitesse…pour un démon ! Un démon quoi ?! C’est un comble ! Mais le pire…le pire du pire…c’est que j’ai tellement aimé que j’ai envie de recommencer… Je me redresse faisant attention à ne pas faire de bruit cette fois et contourne mon bureau pour m’approcher de la porte. Je me colle contre le bois et écoute. Ok… mission évasion… START !!
J’ouvre la porte violemment et cogne mes deux gardes dans les côtes. Ils titubent et s’écrase chacun de leur côté contre le mur. Je m’enfuis en rigolant en leur faisant des doigts. Je cours le plus vite possible. Ascenseur ? Pas ascenseur ? Pas ascenseur ! Ils pourraient l’arrêter et me remonter tranquillement. Je pousse la porte des escaliers et descends à toute vitesse, sautant plusieurs marches. Bien entendu, ils se sont passés le mot ! Quelques minutes plus tard, mes hommes arrivent dans les escaliers à contre sens. J’ai un avantage, un avantage débile qu’ils se sont décidés tous seuls qu’ils ne devaient pas me faire du mal donc forcément. Ils ne veulent même pas me frapper ces abrutis. C’est quand même pratique parfois d’être le chef. Mais du coup, j’espère qu’ils comprennent pourquoi ils n’arrivent jamais à m’arrêter. Je souris en les voyant arriver et les esquive un par un. L’un d’eux m’attrape le bras pour me tirer et me ramener vers l’arrière mais je chope son bras pour lui faire un plaquage. Je donne des coups par ci et par là et reprends ma descente plutôt rapide des escaliers. C’est amusant ! J’adore ces moments ! J’arrive au deuxième étage, un peu plus fatigué que tout à l’heure. Maintenant, faisons preuve de discrétion. Quand j’arrive au rez-de-chaussée, je m’arrête. Je descend au sous sol ? Non ! Ce ne serait pas fun ! Je me colle contre un mur et observe discrètement. Ils courent partout. Surement en train de me chercher… Je soupire. Ils sont cons… Ils n’ont qu’à regarder les caméras et ils me verraient direct… Ok…maintenant, la porte d’entrée est juste devant moi. J’inspire profondément et les entends arrivé d’en haut. C’est pas trop tôt ! Ils faisaient quoi pendant tout ce temps ?! Ils se branlaient ?! Je lève les yeux au ciel, ils n’ont aucune chance face à des monstres… Je me concentre sur la porte d’entrée et fonce. Je cours le plus vite possible. Je les entends hurler à côté de moi et se mettre à courir. Je ne peux pas m’empêcher de rire. Je cours et franchit les portes en passant à travers des hunters qui reviennent de mission et que ne savent pas du tout ce qu’il se passe. YES ! Je suis sorti ! Mais ce n’est pas le moment de se reposer. Ces abrutis vont continuer à me suivre même dans la ville ! Je continue de courir. pu**** ! Heureusement que j’ai de l’endurance sinon j’aurais perdu ! Je me dirige vers le quartier des habitations et arrive devant le studio d’Adrian. Je sors les clefs précipitamment et les entre dans la serrure. J’ouvre la porte et la referme derrière moi. J’espère qu’il est là. Je referme à clef et me tourne. Il est là. Avec son éternelle inexpressivité. Mon cœur a un raté et je me dirige vers lui, l’attrape par la taille pour poser mes lèvres sur les siennes. Ah…là ça va mieux. Je le sers contre moi, prolongeant le baiser avec ardeur. Puis m’écarte doucement, légèrement haletant.

________________________




Ecris en : #914242
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian A. von Lok
Admin Correcteur
Admin Correcteur
avatar
Messages : 83
Localisation : Chez Danton, le génial politicien révolutionnaire.
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 5163 ans
Armes :
Surnom: /
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Sam 9 Avr 2016 - 17:39


WHY ?! Omg.

Il avait senti les mouvements derrière la porte. Ce n'est pas quelque chose de compliqué pour un démon tel que lui, mais là... Là il.... Non. Juste non. Il n'avait PAS réagi. il aurait pu bloquer la porte, lancer un sort, faire QUELQUE CHOSE. Mais non. C'est donc comme ça qu'il regarde et entend la clé tourner dans la serrure, puis la porte s'ouvrir.... Et il se fait rouler une pelle assez... violemment. OK merci c'est un démon mais quand même quoi, ça suffit, le pauvre, tant de brutalité.

Qu-qu'est-ce que vous faites ?

Même si ce n'est pas visible, ça commence vraiment à se sentir. Il est perturbé, le pauvre démon. Rendu nerveux par cette intrusion, il jette un oeil à son endormi. Toujours endormi. Puis il lâche un soupir blasé avant de fixer son am- son collègue dans les yeux

Sérieusement.

Le pAUVRE démon maltraité. Adrian ferme rapidement les yeux, puis se rend compte que sa carafe a presque terminé de se faire. Il se détache alors totalement de Hunter pour se demander quoi faire pour remonter le moral de son corbeau... Meh. Des gâteaux ? C'est Liuto qui aime le chocolat, non ? Alors il remonte ses manches de chemise -brune- et jette un oeil à son am-.... partenaire.

Vous me couperiez les cheveux ?

Non parce que quand il a son apparence de bébé chat de 19 ans ça va, les cheveux longs le rendent mignon. Mais quand il a cette apparence de 23-24, ça le fait moins, il veut paraître un peu plus badass quand même... Il sort donc saladier, fouet, oeufs, farine, levure, lait et chocolat, parce que son bébé corbeau il le mérite. Voilà. Et si Altus en veut il a qu'à l'aider.
© Adrenalean pour Epicode


________________________
Huh...:
 

Gotta click'em all !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Age : 27
Localisation : QG des Hunters
Date de naissance : 17/03/1990
Date d'inscription : 06/09/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 25 ans
Armes :
Surnom: Papa
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Dim 10 Avr 2016 - 19:45



C'est qui lui !!


Il s’est laissé faire. Bon je pense qu’il n’avait pas trop le choix, je l’avais quand même pris par surprise… Mais dés que j’ai vu son regard c’est la seule chose qui m’est venu en tête. Un truc dans le genre… « Il est à moi. »… J’ai honte rien que d’y penser… Il n’est pas à moi, il n’est à personne…c’est un démon. J’ai juste fait un marché avec lui, c’est tout. Mais je n’ai pas pu contrôler mes pensées à ce moment précis. J’étais vraiment…cont- pu****…ça me donne envie de vomir… mais je ne peux pas vraiment le nier. J’étais content qu’il soit là…

- Qu-qu'est-ce que vous faites ?

Je l’observe un instant surpris par sa question et je ressens sa gêne. Je souris légèrement et détourne le regard pour me gratter l’arrière de la tête. Je suis étonnamment heureux de sa « réaction ». Elle n’est, bien sûr, pas visible mais je la sens bien. Je le vois tourner les yeux vers son lit et je me fige. Quoi ?! pu****… C’est pas vrai !! C’est qui lui ?! Je me renfrogne et détourne le regard. Je ne sais pas si j’ai le droit de dire quelque chose mais j’en meurs d’envie…

- Sérieusement.

Sérieusement ?! C’est à moi que tu dis ça ?! Je fais la moue et m’éloigne légèrement pour ne plus voir l’homme en boule dans SON lit. Mais je vois Adrian se détourner aussi de moi et se retrousser les manches. Qu’est ce qu’il fait ? Je m’approche et il me regarde. Je me fige à nouveau et rougis légèrement, ne m’attendant pas à ce qu’il me regarde.

- Vous me couperiez les cheveux ?

Hein ? Je l’observe surpris. Bah..il m’arrive de couper les cheveux de Jil quand ils lui tombent devant les yeux. Mais je ne m’attendais pas à ce que Adrian me le demande… Il sort tout ce qu’il lui est nécessaire pour faire une pâtisserie et je fronce les sourcils. C’est pour l’autre ?

- Bah…je peux…je sais le faire…

Je m’approche de lui et le regarde faire. Il est agile. Il a un bon mouvement du poignet. Je ne pensais pas qu’il saurait faire de la pâtisserie. À le regarder, ça donne envie. Mais il y a aussi le fait que je garde secret ma passion pour la cuisine… Je fronce les sourcils, en pleine réflexion et me décale pour aller ouvrir le frigo mais je m'arrête avant de le faire. Si je cuisine avec lui…c’est pour l’autre ? J’en pas envie… Je veux cuisiner pour lui. Mais…je ne connais pas ses goûts… Je me redresse et le regarde à nouveau faire.

- Tu…tu aimes le sucré ?

Il va me prendre pour un abruti mais je m’en tape. Je veux apprendre à le connaître… Tout savoir sur lui… Et je me doute qu’il a pas mal de trucs à dire ! Enfin… Seulement s’il veut bien les partager avec moi… Et puis, il y a l’autre… Je détourne le regard et marmonne.

- Et le mec dans…ton lit… c’est un ami ?

________________________




Ecris en : #914242
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian A. von Lok
Admin Correcteur
Admin Correcteur
avatar
Messages : 83
Localisation : Chez Danton, le génial politicien révolutionnaire.
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 5163 ans
Armes :
Surnom: /
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Dim 10 Avr 2016 - 20:45


WHY ?! Omg.

Adrian voit la surprise, puis la douleur et la jalousie sur le visage de son humain. Et ça lui fait... Très bizarre. Altus est mignon, mais ça met le démon dans une situation un peu spéciale. Tous les sentiments de cette espèce d'idiot adorable le transpercent de part en part. OK, c'est vraiment grave. Cet humain est VRAIMENT amoureux de lui.... Ça craint, et Adrian ne sait réellement, légitimement pas gérer ça, c'est hors de sa compréhension...

Il sent donc Altus bouger dans son dos, poser des questions stupides, être jaloux et idiot... ah. Pourquoi est-ce qu'il se sent attiré par cet humain, déjà ? Il n'a rien d'un chef, encore moins d'un amant, il a rien pour lui quoi.

Pas vraiment, mais j'en mange.

Et il pose vraiment des questions bizarres. Adrian jette un coup d'oeil à sa pâte, la trouve franchement correcte et sort un moule d'un placard sous le plan de travail. Il n'a rien jeté au fur et à mesure, mais la cuisine est exempte de farine ou de résidus de chocolat, c'est déjà ça. Beurrant son moule, il fixe son humain. il est vraiment con ou il le fait exprès ?

Non. C'est un gars bourré que j'ai ramassé au coin d'une boîte de nuit.

Le tout avec l'air le plus sérieux du monde. Crétin, va. Adrian se sent étrangement blessé par la remarque d'Altus, mais reste tranquille et amorphe, glissant le plat au four avant de se laver les mains puis commencer la vaisselle. Quoi, c'est choquant d'imaginer qu'il a des amis ? Coupant court à toute opportunité pour le chasseur de se rattraper, il se replace devant lui et le fixe dans les yeux

Coupez-moi les cheveux. Court.

Se passant une main sur la nuque, il agrippe l'élastique retenant ses mèches en place et l'enfile plutôt à son poignet, libérant donc sa tignasse trop longue. La frange, clairement, ça va, mais les longueurs lui arrivent au bas des omoplates.... Et c'est le moment que choisit le bébé corbeau pour se retourner en grognant faiblement, au chaud sous les draps.
© Adrenalean pour Epicode


________________________
Huh...:
 

Gotta click'em all !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Age : 27
Localisation : QG des Hunters
Date de naissance : 17/03/1990
Date d'inscription : 06/09/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 25 ans
Armes :
Surnom: Papa
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Dim 10 Avr 2016 - 21:25



Salon de coiffure improvisé


- Pas vraiment, mais j'en mange.

Ok…donc il n’aime pas spécialement le sucré. Je baisse les yeux. C’est noté. Je comprends maintenant pourquoi il n’a pas apprécié comme je l’espérais la Charlotte que j’avais faite. Et puis…il ne sait pas que c’est moi qui l’ai fait donc… Je pourrais lui faire des plats salés. ….Euh…s’il veut bien. Je détourne le regard et attends sa réponse à ma deuxième question en silence. Ça se trouve il s’en tape complètement de moi, il ne faisait que jouer avec moi et que l’autre est son petit ami. Mon cœur se serre à cette pensée. pu**** que j’aimerais contrôler ce pu**** de sentiment de me*** ! Pourquoi lui ?! Il n’a aucune expression, il est incompréhensible, il n’a rien pour lui ! A part peut être ses putains de yeux qui ne me scrute pas mais le moule qu’il beurre.

- Non. C'est un gars bourré que j'ai ramassé au coin d'une boîte de nuit.

Je le regarde. Il glisse le plat au four. Il a l’air sérieux mais je ne peux pas m’empêcher de penser que non. Je voulais savoir si ce n’était qu’un ami…s’il était plus…je ne sais pas ce que j’aurais fait mais je ne l’aurais plus jamais vu ensuite. Je me serais surement tapé la honte de ma vie… Il fait la vaisselle et je me mets à bouger, mal à l’aise. Je…il l’a pas pris mal ? Je sais pas, il n’affiche aucune émotion spéciale qui me ferait penser ça mais…je sais pas… c’est super étrange comme intuition… Je vais pour dire quelque chose mais ses yeux gris se fixe soudainement dans les miens et j’arrête de respirer pendant quelques secondes.

- Coupez-moi les cheveux. Court.

- Euh…o-ok…

Il défait sa queue de cheval et je reste là un instant à le regarder. Ils tombent doucement sur ses épaules. Ils sont super long ! Mais…il veut que je les coupe courts…courts ? Vraiment courts ? Ou mis long courts ? Puis j’entends un grognement et je me tourne vers l’autre mec. Je me bats contre les émotions qui me transpercent et vais prendre une chaise. Pense à autre chose Altus.

- Est ce que tu as des ciseaux et une serviette pour qu’ils ne tombent pas sur le sol directement ?

Je m’approche de lui et observe attentivement ses cheveux. Je…peux les toucher, non ? Je tends doucement la main et attrape une mèche. Ils sont étonnamment doux, et soyeux. Je lève ma deuxième main et les glisse toutes les deux dans ses cheveux pour les mettre en arrière et le regarde. Oui. Les cheveux courts mais pas trop. Je les couperais au niveau du bas de la nuque mais pas plus courts. Ce serait du gâchis de trop les couper. Je m’écarte donc, à contre cœur, pour le laisser aller chercher tout ce dont j’ai besoin.

________________________




Ecris en : #914242
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian A. von Lok
Admin Correcteur
Admin Correcteur
avatar
Messages : 83
Localisation : Chez Danton, le génial politicien révolutionnaire.
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 5163 ans
Armes :
Surnom: /
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Dim 10 Avr 2016 - 21:45


WHY ?! Omg.

Comme pris d'une intuition, le démon complète sa première réponse.

J'en mange peu. C'est surtout pour ça. Ne vous inquiétez pas de ce genre de chose, les gâteaux étaient bons à la fête.

Eeeeeeet sachant qu'il n'a pu, à cause d'un certain humain bourré, ne manger QUE de la charlotte.... Ouais. Lui qui n'aime pas les fruits, hé bien, il a vraiment trouvé ça bon, et ce sans connaître le terrrrrible secret de son humain. Le brun se laisse tripoter les cheveux sans rechigner, même si ça lui plait moyen-moyen, et se sent sourire intérieurement en voyant qu'Altus le bouffe des yeux. Mais le corps endormi de Luth l'attire du coin de l'oeil... Et si son bébé chat avait de la fièvre, hein ? Le pauvre ! Ce serait atroce !

Ledit bébé chat recommence d'ailleurs à bouger, enroulé dans la couverture, pour finir sur le parquet dans un bruit mat... Sans se réveiller. Adrian pousse alors son am-... Bordel. Son chieur sur le côté et soulève le sushi-chat en mode princesse pour le reposer dans le lit. Lit qui est dans l'angle d'un mur, alors il s'arrange pour que Luth soit contre le mur et y reste le plus possible. Puis il se dirige vers la seule pièce fermée et en ressort avec une serviette et la paire de ciseaux demandée, mais torse nu.

Vous devez me mouiller les cheveux, non ?

Sa chemise était déjà pleine de morve -c'est vicieux ce truc, ça a transpercé sa veste- il n'a pas spécialement envie de finir totalement trempé non plus.
© Adrenalean pour Epicode


________________________
Huh...:
 

Gotta click'em all !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Age : 27
Localisation : QG des Hunters
Date de naissance : 17/03/1990
Date d'inscription : 06/09/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 25 ans
Armes :
Surnom: Papa
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Dim 10 Avr 2016 - 22:23



La jalousie me bouffe...


- J'en mange peu. C'est surtout pour ça. Ne vous inquiétez pas de ce genre de chose, les gâteaux étaient bons à la fête.

Je…j’avoue je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il complète sa réponse à ma première question. Et je ne m’attendais encore moins à ce qu’il fasse un petit éloge du seul gâteau qu’il a goûté, c’est à dire le mien… Je rougis violemment, les mains dans ses cheveux mais reprends vite mon sérieux et l’examine. Mais il ne me regarde pas et tourne son regard gris vers…l’autre. Je m’éloigne un peu, ayant fini mon examen et l’autre tombe dans un bruit sourd du lit. Je sursaute et Adrian me bouscule légèrement pour se diriger vers l’homme toujours endormi. Je me fige et le fixe.
Il le soulève, un bras sous ses jambes et l’autre derrière son dos et je sens mon ventre se serrer. Il le repose sur le lit, prend soin de lui et je n’ai qu’une envie, c'est de foutre le camps d’ici. Mais je ne bouge pas, immobile, incapable de bouger ne serais-ce qu’un doigt de pied. Adrian s’écarte et va dans une autre pièce et mon regard est toujours posé sur l’homme endormi. Mon humeur s’assombrie. Mon regard s’éteint. Une créature magique je suppose… Quelle relation a-t-il avec lui… exactement ? J’espère pour lui qu’ils ne sont qu’amis… Je m’approche doucement de lui mais sursaute et me stoppe en entendant la porte s’ouvrir.

- Vous devez me mouiller les cheveux, non ?

Je me retourne et sursaute en le voyant torse nu. Je rougis et ne peux pas m’empêcher de le fixer. Il a la peau d’une blancheur incroyable. Elle semble lisse et douce et j’ai soudain envie de le toucher. Je reprends vite mes esprits et regarde les ciseaux et la serviette. Attends…il avait dit quoi ? Je le regarde, réfléchissant, puis…

- O-Oui ! C’est ça…euh…mieux vaut faire ça dans la salle de bain…viens.

Au moins, je vais me l’accaparer pendant un moment, il ne pourra pas aller s’occuper de l’autre pendant que je lui coupe les cheveux ! J’entre donc dans la salle de bain et inspecte les lieux. Euh…une douche à l’italienne ? Ça ne va pas être facile… Je regarde le lavabo…le robinet s’allonge ! Ça c’est cool ! Je sors de la salle de bain pour trouver un tabouret et le met devant la basque.

- Est ce que tu pourrais t’asseoir dos au robinet et mettre la tête en arrière s’il te plait ?

________________________




Ecris en : #914242
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian A. von Lok
Admin Correcteur
Admin Correcteur
avatar
Messages : 83
Localisation : Chez Danton, le génial politicien révolutionnaire.
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 5163 ans
Armes :
Surnom: /
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Dim 10 Avr 2016 - 22:36


Please, don't.

Adrian sent ce regard d'humain fixé sur lui. Quoi ? C'est un corps d'humain, tu t'attendais à des tentac-.... pourquoi il le bouffe des yeux -ENCORE- comme ça ? Essayant d'en faire abstraction, Adrian pose ses fesses sur le tabouret et frissonne faiblement au contact de l'évier froid contre sa nuque. Il a gardé la serviette sur ses épaules, il y tient.

J'espère que votre jalousie ne va pas m'éborgner.

Car oui, il n'est pas non plus stupide et sent bien que son humain est tendu. Tendu à cause de Liuto ? C'est ridicule ! Le démon a du mal à comprendre pourquoi quelqu'un serait jaloux de ce petit corbeau adorable. Aucune raison valable ! Adrian se laisse mouiller les cheveux puis se redresse correctement, réajustant la serviette autour de son cou. L'eau qui lui goutte sur les cuisses, la nuque et le torse est totalement glacée par rapport à sa température corporelle.... Il ferme lentement ses yeux gris et laisse Hunter se mettre au travail espérant que son petit corbeau restera tranquille. Le laisser seul dans cet état réussirait presque à rendre l'informateur anxieux.

C'est donc dans l'optique de vite retourner dans l'autre pièce qu'il reste le plus calme et silencieux possible, guettant le moindre bruit de réveil ou la sonnerie du four.
© Adrenalean pour Epicode


________________________
Huh...:
 

Gotta click'em all !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Age : 27
Localisation : QG des Hunters
Date de naissance : 17/03/1990
Date d'inscription : 06/09/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 25 ans
Armes :
Surnom: Papa
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Lun 11 Avr 2016 - 11:43



Cette nuque...


Il s’installe sur le tabouret et se penche en arrière pour mettre dans tête dans la basque tout en frissonnant un peu. Ça doit être froid…mince… Ses cheveux ne glissent pas tous dans la basque, certains sont coincés derrière ses épaules. Je tends donc mes mains pour soulever sa tête doucement pour récupérer tous les cheveux et pouvoir tous les mouiller.

- J'espère que votre jalousie ne va pas m'éborgner.

Je me fige. Quoi ? Attends…jalousie ? Je…je ne suis pas jaloux ! Je ricane nerveusement en réfléchissant. Jaloux de qui ?...Je ferme les yeux, comprenant enfin. me***…j’étais vraiment jaloux de l’autre ! Adrian avait l’air de bien l’aimer… Je suis un abruti… Je prends donc le pommeau du robinet et lui mouille doucement les cheveux, faisant attention à ne pas en mettre dans ses yeux. J’ai l’habitude de faire ça. Il ne devrait pas y avoir de problèmes. Je glisse mes doigts dans ses cheveux pour qu’ils soient tous bien exposés à l’eau. J’aime ce contact. Ses cheveux sont doux et très agréables au toucher. Je pourrais rester comme ça pendant des heures… mais je sais aussi qu’il a un gâteau dans le four et qu’il va vite falloir qu’il soit devant… J’éteins l’eau une fois que j’ai finie et range le pommeau. Il se redresse, se mettant dos à moi et je remarque ses tatouages dans son dos. J’écarquille les yeux, très surpris. Je ne le voyais pas du genre à faire des tatouages. Comme quoi ! Je les observe un peu plus. Il y a beaucoup de formes tribales. J'aime beaucoup. Si je devais me faire un tatouage ce serait surement dans ce style là.

- Je ne savais pas que tu avais des tatouages. Ils sont beaux. Il y a une signification particulière ?

J’ai dis ça juste comme ça. Ils sont vraiment cool donc... J'avais juste envie de savoir pourquoi il se les avait fait. Je regarde autour de moi, à la recherche d’un peigne. J’ouvre un placard et en trouve un rapidement. Je me mets à genoux derrière lui pour être à la bonne hauteur et commence à le peigner. Ses cheveux ne sont pas tous à la même longueur. Ils ont dû pousser n’importe comment… Bon…bah c’est parti. Cela me fait tellement bizarre de couper les cheveux d’Adrian. Il est un démon, et…et enfin vous savez… Je peigne une mèche de cheveux et coupe doucement en un trait horizontal. Puis je continue ainsi, coupant au niveau du bas de sa nuque. Plus celle si apparaît, moins j’arrive à me contrôler. La nuque. La sienne particulièrement… J’arrête un instant, fermant les yeux et imaginant quelque chose d’horrible pour calmer mes envies… Je suis pathétique… Je ne peux m’empêcher de rougir, à l’idée qu’il se retourne, là, maintenant. C’est hors de question ! Alors autant ne pas attirer son attention. Je me remets à lui couper les cheveux, mais sa nuque est toujours en face de moi… J’essaye de vite terminer sans rater quoique ce soit. D’ailleurs, pour l’instant je suis plutôt fier de ce que j’ai fait ! Je passe devant lui pour voir l’état de sa frange et les voit les yeux fermés, patient. Sa frange est à la bonne longueur. Je n’ai pas besoin de la couper. Bon… Je retourne derrière lui pour tout vérifier et la vue de sa nuque m’appelle à nouveau. pu****, mais qu’est ce qu’il m’arrive ?! C’est qu’une pu**** de nuque ! C’est absolument rien ! Quedal ! Je fronce les sourcils, grogne et finis par céder malgré moi. Je m’approche et pose mes lèvres doucement sur sa nuque. Mon dieu… Puis la sonnerie du four se met à retentir et je sursaute en me redressant. me*** ! me*** ! Je retire vite la serviette, les joues cramoisies et reste assis dans un coin de la salle de bain.

________________________




Ecris en : #914242
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian A. von Lok
Admin Correcteur
Admin Correcteur
avatar
Messages : 83
Localisation : Chez Danton, le génial politicien révolutionnaire.
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 5163 ans
Armes :
Surnom: /
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Lun 11 Avr 2016 - 21:33


Let me go.

Malgré le regard qu'il sent sur lui, Adrian reste silencieux pendant toute l'opération. Il ne compte pas rester dans la salle de bain toute sa vie. Le brun se laisse donc manipuler la tête sans broncher jusqu'à ce qu'Altus juge que c'est terminé. Là, il sent ses muscles se crisper en sentant quelque chose d'étrange. N'EST-CE PAS. Le démon se lève alors lentement et essuie nonchalamment la "marque" qu'a laissé l'autre idiot sur sa nuque. Brrr. Répugnant.

Essuyant ses cheveux avec la serviette, monsieur jauge la longueur de ses mèches. C'est encore long, mais tant pis. Et la sonnerie du four le ramène bien sur terre. Il file donc dans la pièce à vivre en jetant un coup d'oeil à son corbeau -actuellement en train se se retourner consciencieusement, pieds sur l'oreiller- puis sort le gâteau sans craindre la chaleur le moins du monde. Il le pose sur un dessous de plat et termine son séchage de cheveux au passage. Tout faire en même temps n'est pas forcément évident.

Alexander s'approche ensuite du lit, tirant l'un des tiroirs sous le sommier pour en extirper un t-shirt basique noir, trop large pour lui -clairement quelque chose qui lui sert de pyjama- et jette un oeil à son humain

Faites ce que vous voulez mais restez silencieux.

Il inspire à fond et démoule son chef d'oeuvre. Pas cramé, cuit au milieu aussi... Tout va bien ! Drian coupe donc des parts égales et sort de la glace à la vanille du frigo avant de sortir la chantilly. Ouais. Il le gâte, son corbeau. C'est son bébé corbeau après tout. Liuto ne tarde pas à ouvrir ses jolis yeux, qui ont gardé une forme typiquement démoniaque grâce à ses yeux purement jaunes à la pupille fendue. Des yeux de chat, presque. Il s'extirpe difficilement des couvertures et s'étire ensuite dans tous les sens avec ce grand sourire à la con que son hôte aime tant

Lexy, c'est pour moi ?
- Exact.
- Yes ! T'es l'meilleur !

Le corbeau s'attable avec un sourire à la con, tout heureux, et se sert de tout. Adrian le surveille de près, s'asseyant en face e son corbeau, et tire la chaise en bout de table (donc entre eux) pour Altus, le jaugeant du regard.
© Adrenalean pour Epicode


________________________
Huh...:
 

Gotta click'em all !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Age : 27
Localisation : QG des Hunters
Date de naissance : 17/03/1990
Date d'inscription : 06/09/2015

Feuille de personnage
Âge réel du personnage: 25 ans
Armes :
Surnom: Papa
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE. Lun 11 Avr 2016 - 22:49



Je me casse !


Il se redresse lentement et s’essuie la nuque. J’écarquille les yeux et détourne rapidement le regard. me***… J’ai honte… Ok… Une grosse boule se forme dans mon ventre et ma gorge. Je me recroqueville dans mon coin. Pour qu’il s’essuie la nuque… j’ai fait une connerie… je ne pensais pas qu’il me rejetterai de cette manière. C’est quand même vachement violent. Il ne manquait plus que le regard sournois et supérieur pour que je parte d’ici pour ne plus jamais revenir… Mais il ne m’avait pas fais ce regard donc…
Il part de la salle de bain et je reste planté là. Dans ma bulle. Pourquoi je suis venu au fait ? Je devrais peut être rentré chez moi…j’ai clairement l’impression de ne pas être la bienvenue. Je ricane. Logique. Je suis le chef des Hunters et il a ramené un pote, j’espère, démoniaque. Je me lève et nettoie la salle de bain et les cheveux qui sont tombés par terre.
Quand je sors de la salle de bain, Adrian enfile un tee-shirt large noir. L’autre dort encore dans une position assez drôle je dois l’avouer mais je ne suis pas du tout en état de rire. Je regarde dans le vide sans aucune émotion.

- Faites ce que vous voulez mais restez silencieux.

Je le regarde. Et il retourne dans sa cuisine pour démouler son gâteau. Je l’observe en silence. Après tout, je dois la fermer… Je détourne le regard. Au moins, je sais que je ne dois plus embrasser sa nuque… Je le dégoute à ce point ? Ouais…normal. Je suis un humain, une créature inférieure… Genre… Tu te fous de ma gueule ?! C’est qui qui s’est installé sur mes genoux en m’enlaçant ?! C’est qui qui a répondu à tous mes baisers ?! C’est qui qui-pu**** ! Il m’énerve !! J’ai envie de le tuer, lui et l’autre ! Je sers les poings. Ok…calme Altus. Calme…

- Lexy, c'est pour moi ?
- Exact.
- Yes ! T'es l'meilleur !

Lexy ? Je lève les yeux et vois le mec s’installer autour de la table face à Adrian. Celui ci tire une chaise entre eux et me regarde. Je le regarde aussi, et son visage inexpressif ranime ma colère. Quoi ? Il veut que je mange avec eux ?! Avec lui et l’autre ?! Genre je suis le bienvenu ! Arrête de te foutre de ma gueule… Je fronce les sourcils. J’ai envie de rester ! Bien sûr que j’ai envie ! Mais le rejet de tout à l’heure est franchement mal passé. J’ai les boules quoi… Je détourne le regard et me frotte l’arrière de la tête. Je ne sais pas quoi faire. Enfin…c’est clair dans ma tête, je dois me casser d’ici. Mais…je sais que un peu plus bas… bah c’est le contraire. Et puis…je n’ai vraiment pas envie de rester avec l’autre démon… Je regarde Adrian et tente de lui faire un sourire qui doit surement être super faux.

- Je…je vais y aller… je vous laisse entre vous. Profitez bien !

Je sais qu’il ne va pas me courir après. Et tant mieux d’une certaine manière, parce que je ne saurais pas comment lui faire face. J’ai honte, je suis en colère, je n’ai qu’une envie c’est d’aller me défouler sur quelqu’un. Je tourne les talons, sors mes clefs et ouvre la porte pour sortir. Une fois dehors, je la referme à clef et part. Je ne vais pas revenir ici avant un bout de temps…je le sens.

________________________




Ecris en : #914242
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You'll kill someone one day. | LIBRE.

Revenir en haut Aller en bas

You'll kill someone one day. | LIBRE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekuen-Seruki :: .: Ville Voisine :. :: Habitations :: Studio d'Adrian A. von Lok-
Tu peux modifier le cadre, le bouton du profil masqué et tout le reste juste avec les 4 codes CSS que je t'es mis.